L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

❖ Infos Externes

❖ La Cipav craint de disparaître (Les Echos)

Les echosLa Cipav, caisse qui gère les retraites complémentaires et de base de 800.000 libéraux, se sent menacée. Une disposition du budget de la Sécurité sociale prévoit que l'assurance-vieillesse des nouveaux libéraux sera gérée par le RSI, déjà en charge de la maladie. Les professionnels installés qui en font la demande pourraient aussi être rattachés au RSI. Un décret doit préciser quelles professions sont visées. Mais les professions à ordre (géomètres, architectes...) resteraient dans la Cipav. La caisse craint pour l'équilibre financier du régime et ses 350 emplois et redoute de disparaître à terme.
 

Source: www.lesechos.fr/economie-france/social/0211371148349-la-cipav-craint-de-disparaitre-2033746.php

❖ Le Budget de la Sécu 2017 pourrait signer la fin des 11 caisses de retraite libérales

Philippe castans cipavINTERVIEW – L'article 33 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 prévoit que les professions libérales non réglementées ne soient plus affiliées à la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse (CIPAV), mais au Régime social des indépendants (RSI) qui gère la retraite des artisans et des commerçants. Pour Philippe Castans, le président de la CIPAV, ce transfert constituerait une première étape vers la création d'un régime unique des travailleurs non-salariés.

Photo: Philippe Castans

Lire la suite

❖ Communiqué de la CIPAV à propos du transfert de ses adhérents au RSI

Communiqué de presse - Paris, le 5 Octobre 2016

Communique de presse cipav p1

Lire la suite

❖ EN JUIN C'EST ACTION ! (Sauvons nos entreprises)

Sne sauvons nos entreprisesEn 2017 , sne marchera vers Paris !

11 régions partiront le même jour afin de rallier Paris afin de dénnoncer le massacre du RSI . Le plus long trajet durera 8 semaine et partira de Bayonne . Nous travaillons sur cette opération depuis plus de 6 mois . Une fois à Paris , nous partiront seulement quand nous auront obtenu une vrais réforme du rsi , et une baisse réelle du taux de cotisations . Nous ne lacherons jamais notre combat !

 

Lire la suite

❖ Posez vos questions directement à Mr Selmati: Cyber-conférence le 2 juin 2016

Lire la suite

❖ CIPAV : quand la retraite tourne au cauchemar (France Inter)

Cipav france interUne enquête d'Anne-Laure Chouin, émission du vendredi 13 mai 2016

Une caisse de retraite qui marche sur la tête : assurés qui mettent parfois des années à voir liquider leurs pensions, demandes d'arriérés indus, parfois pour des sommes folles… Les adhérents de la Cipav, caisse de retraite complémentaire, se retrouvent parfois dans ses situations incroyables. Au point que la Cour des Comptes y a plongé son nez en 2012, avec à la clé un rapport au vitriol.

Prendre sa retraite, rien de plus simple. Vous cotisez pendant votre vie active, et lorsque vous arrêtez de travailler, vous recevez de l’argent de votre caisse de retraites, et de ce qu’on appelle une caisse de retraite complémentaire… Mais cette action si simple peut aussi prendre des allures de cauchemar.

Reportage courte durée (1 min 33 sec):

Lire la suite

❖ Menaces, courriers farfelus... quand une caisse de retraite déraille complètement (France Info)

Cipav france info  Secrets d'info   par Anne-Laure Chouin - 13 Mai 2016

Une caisse de retraite qui envoie des lettres hallucinantes à ses adhérents, menace avec des huissiers à tout-va et affiche une gestion catastrophique... Cette caisse, c’est la Cipav, qui fédère les architectes et plus de 300 professions libérales. En enquêtant, Anne-Laure Chouin a découvert qu’il s’y passe de drôles de choses…

Cipav courrier caisse retraite devenue cauchemar

(Un des courriers incohérents envoyés par la Cipav à ses adhérents.)

La Cipav est une caisse de retraite de professions libérales. C'est surtout un cauchemar pour ses adhérents. La Cipav  accumule en effet les erreurs. Les adhérents reçoivent des demandes incompréhensibles demandant des sommes injustifiées. Et les courriers s’accumulent dans cet organisme dont les employés ne savent plus où donner de la tête...

A Orléans, par exemple, on refuse de verser sa retraite à un adhérent parfaitement en règle : il l’attend depuis 14 mois. A Bordeaux, on demande 9 000 euros d’arriérés déjà payés à un autre affilié, qui ne sait plus quoi faire.

Lire la suite