L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Olivier Selmati, directeur délétère, démissionnaire mais toujours haut fonctionnaire

  • Par cipavinfo
  • Le jeudi, 15 octobre 2020
  • Commentaires (0)

Olivier selmati photoFin août, Olivier Selmati a démissionné de ses fonctions de directeur de la CIPAV suite à la mise sous tutelle de la Caisse et la nomination d'un administrateur provisoire pour le remplacer.

Cette décision et ses sanctions font suite à la mise en demeure transmise par le directeur de la Sécurité Sociale, au Président du conseil d'administration de la CIPAV, Phillipe Castans, indiquant qu'olivier Selmati était responsable d'un management destructeur et qu'il avait illégalement augmenté son salaire.

En outre, Olivier Selmati est déjà accusé de faux en écriture, usage de faux et du délit de concussion par les victimes de la CIPAV.

Toutefois, force est de constater que cela ne choque pas le gouvernement français et encore moins le Ministère des Solidarités et de la Santé qui vient de le réintégrer en tant que "Chargé de mission auprès du secrétariat général", début septembre.

Afin que les faits soient incontestables, vous trouverez ci-dessous le profil professionnel que publie l'intéressé sur le site internet "Linkedin" et copie de la mise en demeure du directeur de la Sécurité Sociale au sujet des infractions d'Olivier Selmati.

Que les choses soient claires, cet article n'a pas pour vocation de vilipender ou de faire le procès d'Olivier Selmati car la justice et la Cour budgétaire de la République s'en chargeront mieux que quiconque.

Toutefois, il faut savoir mettre des mots sur les maux de la CIPAV, pour espérer que de nos explications légitimes surgisse la vérité.

En outre, notre collectif rappel amicalement qu'Olivier Selmati est tout sauf un perdreau de l'année et qu'il n'a pas hésité à soutenir de fausses accusations à l'encontre du président de notre collectif (utilisation frauduleuse du nom de domaine www.cipav.info, utilisation frauduleuse de la marque CIPAV, diffamation,...).

Heureusement, la justice est impartiale et la direction de la CIPAV a été débouté de ses plaintes fallacieuses et condamnée à verser des dommages et intérêts à notre collectif pour le préjudice subi.

Par conséquent, nous indiquons clairement par écrit qu'Olivier Selmati est responsable, avec d'autres, de nombreuses infractions et de la gestion pitoyable de la CIPAV, n’en déplaise aux bienpensants et hauts fonctionnaires.

Les faits sont établis, la justice est saisie et notre collectif sera attentif à l'évolution de sa carrière professionnelle car par expérience nous savons que les délinquants de la CIPAV sont promus à des fonctions parallèles pour les remercier de leurs errements, comme par exemple, Jacques Escourrou, usurpateur notoire des fonctions de président du conseil d'administration de la CIPAV qui fut nommé par la suite président d'honneur alors que ce n'était même pas prévu par les statut, ou bien encore Jean Marie Saunier qui partit de la CIPAV du fait qu'il était coupable d'une trentaine infractions pénales pour le non-respect de la commande publique au sein de la Caisse, ce qui ne l'a pas empêché de devenir directeur de la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse des Professions Libérales, la "super caisse de retraite" qui supervise le bon fonctionnement de la CIPAV.

Concernant l'avenir d'Olivier Selmati, notre collectif l'invite à reconnaître ses infractions et à dénoncer toutes celles à sa connaissance en tant que directeur CIPAV, mais aussi en tant qu'ancien Chef de la Mission Nationale de Contrôle et d'audit des organisme de sécurité sociale et ce n'est pas une blague, directeur de Projet en charge du pilotage de la lutte contre la fraude dans les organismes de sécurité sociale (voir profil Linkedin).

Pour faire un peu d'humour noir, nous l'invitons à lacher prise (voir profil Linkedin), à profiter de sa retraite à plusieurs milliers d'euros et à méditer sur ses erreurs, la souffrance des victimes de la CIPAV.

Le peu d’amélioration qu’il a pu obtenir au sein de la CIPAV s’est faite au détriment des adhérents les plus faibles et des salariés.

Concernant la complaisance du Ministère de la Santé à son égard chacun comprendra que la situation est profondément choquante, injuste et récurrente pour les adhérents de la CIPAV.

Par ailleurs, nommer comme nouveau directeur de la CIPAV, François Clouet, son ancien bras droit, n'est pas non plus un signe positif pour l'avenir de la CIPAV.

En effet, Messieurs Clouet et Selmati par leur politique de management destructeur, des promotions ou la distribution de primes arbitraires à certains salariés, ont provoqués une fracture structurelle au sein de la caisse notamment en concentrant les pouvoirs et en installant un climat de défiance entre les salariés de la CIPAV ou de l’ex Groupe Berri.

La CIPAV ne peut pas avoir d'avenir tant que les coupables de ses infractions et les responsables de sa gestion désordonnés seront aux manettes.

Il est grand temps de mettre fin à ce génocide administratif et je vous prie de croire que notre collectif sera très vigilant à ce sujet.

 

  • Profil professionnel Linkedin d'Olivier Selmati :

Selmati linkedin 01

 

 

 

 

Selmati linkedin 02 a propos

Selmati linkedin 03 experience

Selmati linkedin 04 experience

 

Selmati linkedin 06 experience

Selmati linkedin 07 experience

Selmati linkedin 08 experience

Selmati linkedin 09 experience

Selmati linkedin 10 experience

 

Selmati linkedin 12 formation

Source : https://fr.linkedin.com/in/olivier-selmati-18268480

CIPAV Lacipav Olivier Selmati

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire