L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

Pourquoi le montant de ma pension a-t-il diminué ?

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

mayena64
  • 1. mayena64 | lundi, 20 avril 2020
Bonsoir à toutes et à tous,
Au 1er janvier 2020, CIPAV m'a appliqué la hausse réglementaire de 1% de ma pension brute mensuelle pour atteindre 33,53 €, et au 1er avril (drôle de farce) ils ont décidé unilatéralement sans annonce préalable ni notification ou message, de porter cette hausse à +0.3% (équivalent à une pension de plus de 2014 euros !), soit une baisse de -0.7 % de ma pension brute pour atteindre désormais 33,30€.
Comme indiqué sur le document inaccessible sur l'espace adhérent mais trouvé sur le site général, après bien des péripéties, j'ai constaté bien évidemment que ma minable pension ne méritait pas d'être amputée, ne serait-ce que de quelques centimes, j'en fais une question de principe, surtout que cet acte me parait illégal, mais de nos jours, rien n'est impossible !
En effet je perçois trente deux euros et 6 centimes chaque mois et, pour avril ils m'annoncent 31,86 euros, soit une baisse de 23 centimes.
Ce n'est pas le montant qui choque mais la détestable méthode qui, sournoisement consiste à grappiller quelques centimes chez des personnes ayant déjà des faibles revenus.
Mes revenus sont largement inférieurs au seuil de 2000 € mensuels et entrent donc dans la catégorie de hausse de 1%.
Même en incluant la retraite complémentaire qu'ils m'ont versée en une seule fois (ce qui va me faire payer des impôts car je n'ai pas étalé le montant qui correspond à 15 ans) ( ils déterminent ainsi par avance la date probable de mon décès!)) donc en comptant 5523/12 = 460 + 32 retraite de base on obtient 493 euros, montant inférieur à 2000 euros, et, par conséquent, CiPAV n'a aucun motif légal de procéder à la réduction de ma pension brute qui aurait du être maintenue au montant de 33.53 € bruts mensuels.
Je pense qu'ils ont fait le C.., mais pas très Finement !
J’ignore la raison de tels agissements qui me paraissent, sauf erreur de ma part, enfreindre la réglementation publiée par décret, et dont les mesures de hausses m’ont été correctement imputées par mes 3 autres caisses de retraites, mais non par la CIPAV, qui, après avoir appliqué le bon taux au 1er janvier 2020 m’a classé le 1er avril dans les « hauts revenus », j’ignorais que j’étais devenu subitement un riche retraité.
Même si l’impact financier de la baisse subie sera insignifiant, il n’en est pas moins scandaleux par principe, de baisser une pension de retraite à un ayant droit qui remplit toutes les conditions pour l’octroi d’une augmentation, si minime soit-elle.

Ces agissements me paraissent sans fondement légal et interviennent dans une période difficile de confinement où l’on se passerait volontiers de tracasseries administratives supplémentaires que je perçois comme du mépris, de l'arrogance, de l'incompétence et, peut-être de la malhonnêteté.
Nous prennent-ils pour des naïfs ?

Par message de ce jour je leur ai demandé de m’indiquer quels sont les mystérieux critères qu'ils ont retenus et les documents réglementaires précis auxquels ils se sont référés et qui seraient susceptibles d’étayer ce revirement inopiné pour ne pas conserver le taux légal de hausse de 1% auquel j’ai, me semble-t-il, légitiment droit (selon leur propre tableau CIPAV).

Je les ai appelés, mais, bien sur, télétravail ou pas, les opérateurs n'ont pas à disposition les informations technique, comptables ou informatiques.

Je vais gérer ce petit contre temps vexatoire que je tenais à partager pour vous inciter à bien vérifier vos paiements d'avril et suivants et, contrôler s'ils n'ont pas sévi à une plus grande échelle en ne répercutant pas la hausse légale.
Pardon pour la longueur et courage pour le confinement.
Bonne soirée à toutes et à tous
Vous devez être connecté pour poster un commentaire