L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Adhérents de la CIPAV profitez du débat national pour demander une enquête parlementaire

Cipavinfo0228Dans le cadre de l'organisation du grand débat national, le collectif CIPAV INFO demande à tous les adhérents de la CIPAV de dénoncer haut et fort les dysfonctionnements de cette caisse de retraite et d'exiger l'ouverture d'une enquête parlementaire sur le micmac du transfert des assurés (voir lettre ci jointe).

Comme la justice,  la CIPAV et la tutelle du ministère de la Santè sont restés sourds à toute nos revendications légitimes et justifiées, il est temps de mettre un coup de pied dans la fourmillière, avant que 90% des adhérents ne soient transférés au sein de la nouvelle Sécurité Sociale des Indépendants (SSI) qui ressemble comme deux gouttes d'eau au défunt Régime Social des Indépendants (RSI), avec sa gestion contestée et chaotique.

Que cela soit pour le RSI, la SSI ou la CIPAV force est de constater que notre combat est commun aux  travailleurs indépendants, artisans et commerçants.

Il est temps que cela cesse et l'occasion de ce débat citoyen est un moyen efficace de se faire entendre.

 

CIPAV INFO en tant que collectif, démocratique et sincère, privilégie toujours le dialogue à la violence.

Notre collectif n'est pas dupe sur la situation actuelle et les promesses politiciennes toutefois les adhérents de la CIPAV ne peuvent pas rater une telle occasion de se faire entendre et nous espérons sincèrement que ce débat citoyen sera suivi des faits car il est temps de mettre fin à la gestion désordonnée et au service déplorable de la CIPAV.

Ce n'est pas aux adhérents victimes de baisser la tête ou de se priver de retraite, de pension ou autres allocations légitimes.

A ce jour, à part des condamnations minimes et des scandales rendus publiques par voie de presse (Mediapart, capital, cour des comptes,....), les responsables de tout ce gâchis sont toujours les dirigeants de la CIPAV, de sa tutelle ou d'autres caisses de retraite ou administrations .

Comment peut-on pardonner ou tourner la page de cette faillite, du génocide administratif de la CIPAV sans en tirer des conclusions ou rendre justice aux adhérents ?

C'est impossible et chacun comprendra que ce n'est tout simplement pas moral que de ne rien faire.

Face à la violence administrative ou la minoration illégale des retraites que les dirigeants de la CIPAV ont imposés à leurs adhérents, le collectif CIPAV INFO privilégie la loi et une action citoyenne déterminée même si c'est long et difficile.

Par conséquent, nous vous invitons à participer au débat national et à dénoncer les infractions de la CIPAV.

En outre, notre collectif vous invite à transmettre la lettre ci jointe pour demander officiellement l'ouverture d'une enquête parlementaire sur le micmac du transfert des assurés de la CIPAV, à votre maire, à votre député et à votre sénateur :

Demande enquete cipav 1Demande enquete cipav 1 (53.28 Ko)

A minima, il vous suffit de l'imprimer et de la transmettre à vos élus par courrier mais n'hésitez pas à demander des rendez-vous pour plaider notre cause commune.

Pour vous aider à convaincre vos élus, vous trouverez sur notre site internet www.cipav.info, des articles détaillés sur le scandale de la CIPAV et les revendications légitimes des adhérents victimes.

L'union fait la force et ne doutons pas que c'est le respect des règles de la démocratie qui mettra un terme définitif à cette affaire.

Pour exemples d'espérance, c'est des enquêtes parlementaires qui ont permis de revenir sur la décision de justice qui avait accordée de façon litigieuse quatre cent quarante millions d'euros à Bernard Tapie ou sur les conditions fallacieuses de la cession d'ALSTHOM à Général Electric.

Sans démocratie ou l’arbitrage des adhérents citoyens, il n'y a pas de justice indépendante.

A l'avenir, il faudra aussi que le gouvernement français explique aux sept millions d'adhérents citoyens de l'ex RSI, de la nouvelle SSI et de la CIPAV, comment il est possible de payer des cotisations obligatoires aussi élevées et d'obtenir des retraites aussi réduites ?

Sur la base du principe que chaque adhérent-citoyen dispose de son libre arbitre, il est certain que l'état français doit garantir aux indépendants le droit de choisir librement leur caisse de retraite « obligatoire », en fonction de ses performances et de son service client.

Pourquoi imposer aux indépendants des caisses de retraite défaillantes, dont chacun sait qu'elles ont une gestion désordonnée et un service déplorable pour les adhérents ?

Cela n'a clairement aucun intérêt pour les adhérents qui souhaitent cotiser pour obtenir une retraite et une vie décente pour leurs familles.

Par conséquent, merci de soutenir notre cause commune et de faire entendre votre avis lors de ce grand débat national.

 

CIPAV Lacipav SSI Débat National

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire