L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

Appels d'offres

► Un million d'euros pour organiser des fêtes à la CIPAV

M fotolia 7916354 xsDepuis la nomination de Monsieur Olivier Selmati comme directeur de la CIPAV, le budget des festivités de la Caisse s'accroit de façon phénoménale et notre collectif se demande si notre Caisse de retraite ne va pas devenir la nouvelle IBIZA.

Dés mars 2015 notre collectif avait mis en avant le fait que Monsieur Selamati avait organisé deux séminaires obligatoires au sein d'établissements prestigieux de la Capitale (musée des arts forains, ...), suivis d'apéritifs, de diners spectales ou autres réjouissances.

Lire la suite

❖ CIPAV : quand la retraite tourne au cauchemar (France Inter)

Cipav france interUne enquête d'Anne-Laure Chouin, émission du vendredi 13 mai 2016

Une caisse de retraite qui marche sur la tête : assurés qui mettent parfois des années à voir liquider leurs pensions, demandes d'arriérés indus, parfois pour des sommes folles… Les adhérents de la Cipav, caisse de retraite complémentaire, se retrouvent parfois dans ses situations incroyables. Au point que la Cour des Comptes y a plongé son nez en 2012, avec à la clé un rapport au vitriol.

Prendre sa retraite, rien de plus simple. Vous cotisez pendant votre vie active, et lorsque vous arrêtez de travailler, vous recevez de l’argent de votre caisse de retraites, et de ce qu’on appelle une caisse de retraite complémentaire… Mais cette action si simple peut aussi prendre des allures de cauchemar.

Reportage courte durée (1 min 33 sec):

Lire la suite

❖ Les très inquiétantes dérives de la CIPAV (Contrepoint, 17 avril 2016)

Logo contrepointsPour François Le Président, pédalomane des univers parallèles, aucun doute n’est possible : la France va mieux. Pour les Français de ce monde-ci, en revanche, la situation ne cesse de se dégrader. Et pour les Français établis en profession libérale, en indépendants ou en auto-entrepreneurs, à la dégradation économique de la situation on doit ajouter celle, bien plus irritante, des services publics, qui semblent se battre pour faire toujours pire.

C’est ainsi que le RSI, le Régime Social des Indépendants, se classe sans conteste comme la pire branche de sécurité sociale que l’administration française peut imposer à ses ressortissants, comme j’ai pu le relater à plusieurs reprises dans ces colonnes.

Logo cp Il serait cependant dommage d’oublier l’aspect dynamique de la conjoncture française actuelle : la course à la catastrophe administrative est lancée et si, indéniablement, le RSI tient sans conteste le haut du podium dans la médiocrité du service rendu et dans la dangerosité de ses exactions envers ses cotisants, l’organisme est de plus en plus talonné par une autre magnifique construction sociale aux délires administratifs totalement incontrôlés.

Lire la suite