L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

☁ Témoignage N°011 :  "constat général"

TemoignagesSuite aux nombreuses manœuvres de la CIPAV, consistant à dénigrer et tenter de museler notre association, je tiens, par ce nouveau témoignage, à manifester mon soutien à tous les floués de la CIPAV.


Il faudrait, tout d'abord, que nous cessions d'employer le terme "dilatoire" lorsque nous évoquons le comportement de la CIPAV. En effet, ce terme veut dire" qui vise à gagner du temps"; et la finalité de la CIPAV n'est pas de gagner du temps, mais de ne jamais payer ce qu'elle doit à ses "cochons" de payeurs d'adhérents!
 

Cependant, là où nous devons nous interroger le plus, ce n'est pas sur l'escroquerie évidente mise en place par cette caisse scélérate, mais sur les protections étatiques dont elle bénéficie. Le vrai scandale, il est là! A qui profite le crime, au niveau de l'état, pour que celui-ci n'ait pas levé le petit doigt devant ce scandale! L'état est entièrement responsable du bon fonctionnement de toutes les caisses de retraites, puisqu'il oblige les travailleurs à cotiser! Tant d'adhérents, depuis deux législatures, ont contacté des députés, sénateurs, médiateurs de toutes sortes, médias etc... qu'il est impossible que l'état ne soit pas au courant. Il est donc évident que la grande responsable de ce scandale est la ministre, Madame T......., qui ne fait pas son travail, ainsi que son prédécesseur!

Pour prouver que c'est à l'ETAT de s'emparer de ce problème, qui serait vite réglé après une enquête intérieure démontrant la malhonnêteté de la CIPAV, voici ce que m'a répondu la CADA, suite au courrier que je lui ai adressé. Celui-ci concernait ma demande d'accès à mon dossier, envoyée à la CIPAV, et pour laquelle, bien entendu, je n'ai pas eu de réponse.
La CADA, réunie en commission le12/09/2013, émet un avis favorable à la demande en rappelant que la CIPAV est un organisme de droit privé chargé de la gestion des régimes OBLIGATOIRES de base d'assurance vieillesse, qui constitue une MISSION DE SERVICE PUBLIC. Elle estime, par suite, que les documents produits ou reçus par la CIPAV sont, lorsqu'ils se rapportent à cette MISSION DE SERVICE PUBLIC, des documents ADMINISTRATIFS soumis au droit d'accès. Elle considère par conséquent que le document demandé par l'intéressé est un document ADMINISTRATIF qui lui est communicable.


La CADA me précise qu'elle envoie à la CIPAV une injonction à m'envoyer mon dossier. Si je ne reçois rien de la CIPAV, alors qu'elle est obligée de le faire, il y aurait alors à se poser encore plus de questions. Cela voudrait dire que la CIPAV est protégée par une puissance d'état encore supérieure à la CADA qui, elle, fait parfaitement et honnêtement son travail.
Je précise, comme dans mon précédent mail, que j'attaque la CIPAV au TASS, avec l'aide de mon avocate, et que réclamer mon dossier n'a pour but que de fournir de la matière supplémentaire à celle-ci....et aussi par curiosité. Que peut-il y avoir pour que l'on ne me paye pas ma retraite depuis 14 mois .......à part une formidable escroquerie qui ressortira bien un jour!
Courage à tous. Battez-vous. Et surtout, allez tous au tribunal!
Dernière chose, je n'écris jamais sous le couvert de l'anonymat et je souhaite que ce mail soit mis en ligne sur le site.

Adhérent cipav n° CI 19795xxxxxxx

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire