L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Des adhérents de la CIPAV déposent une plainte collective contre la CIPAV

PlainteDepuis des années, je suis victime des services de la CIPAV en tant qu’entrepreneur car c’est une caisse d’assurance obligatoire pour mon type d’activité. Je suis négociateur de titres de propriété industrielle.

Chaque fois que je demande des explications à la CIPAV concernant le paiement de mes cotisations ou les services que je suis en droit d’attendre, je me heurte à un mur de mépris et de silence.

Malheureusement, je ne suis pas le seul adhérent de la CIPAV dans cette situation.

En effet, il suffit de taper les mots clés « cipav info » ou « cipav problème » pour accéder à des forums ou des centaines d’adhérents différents racontent les problèmes qu’ils rencontrent avec la CIPAV.

C’est tout simplement hallucinant et face à cette situation, je me suis décidé avec l’aide d’une dizaine d’autres adhérents de créer une association de défense des professionnels victimes de la CIPAV.

En tant qu’adhérent de la CIPAV et du fait que nous payons des cotisations obligatoires à cet organisme, nous estimons que la CIPAV est défaillante dans ses moyens d’actions et de résultat.

En outre, nous estimons que la CIPAV se doit de répondre clairement aux interrogations légitimes de ses adhérents concernant sa gestion tant financièrement que socialement.

Par conséquent, si vous êtes adhérents de la CIPAV et que vous rencontrez des difficultés avec ses services pour votre retraite, vos cotisations ou autres, n’hésitez pas à rejoindre notre association :


Collectif d’Information des Professionnels Victimes de la CIPAV
Secrétariat de l'association
2 rue Grand Sud
31 750 Escalquens.


Pour nous joindre le plus simple est de nous écrire un mail : cipav.info@gmail.com ou nous appeler au 06 03 75 71 25, du lundi au vendredi de 10h00 à 13h00.

F. Yann pour le site internet www.cipav.info

Justice Plainte

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire