L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Honte et désespoir, nomination de François Clouet comme nouveau directeur de la CIPAV.

Cipavinfo0206Dans la faillite morale et financière de la CIPAV, il y a une constante, c'est toujours à des responsables issus du sérail à qui l'on demande d'être juges de leurs infractions ou de les réparer.

Pour preuve, l'administrateur provisoire de la CIPAV, avec l'accord de la tutelle et du Ministère de la Santé, vient de nommer François Clouet comme nouveau directeur de la CIPAV.

Pour rappel, ce monsieur fut le bras droit d'Olivier Selmati (ancien directeur), en tant que sous-directeur de la Caisse et son bilan au sein de la CIPAV est pitoyable.

Pire son nom est associé aux dépôts de plaintes que notre collectif a déposé pour délit concussion, faux en écriture et usage de faux, notamment du fait que nous avons fait la preuve par constat d'huissier que les chiffres officiels de la CIPAV, qu'il avait fait publier en février 2017 sont fallacieux.

Concernant la nomination du nouveau directeur, notre collectif s'étonne que Jean Louis Rey, administrateur provisoire de la CIPAV, n'ai pas pris le temps de lire l'article que notre collectif a publié en mai 2018 à l'occasion du départ de François Clouet vers la direction de la sécurité sociale.

Voir l'article http://www.cipav.info/actualites/actu-de-l-asso/nouveau-miracle-de-sainte-cipav-depart-et-promotion-de-francois-clouet.html

Notre collectif s'étonne aussi qu'après l'échec et les condamnations des trois anciens directeurs de la CIPAV pour des infractions graves, que le Ministère de la Santé et la tutelle de la CIPAV puissent encore faire preuve d'autant de légèreté et de mépris envers les adhérents

Il est temps que les promotions entre hauts fonctionnaires soient aboli au profit d'un véritable appel à candidature au sein d'un cabinet de chasseur de tête indépendant.

C'est tellement logique et simple à respecter comme procédure, qu'il est clairement fallacieux ou partisan d'agir autrement pour nommer un responsable de direction.

La CIPAV et ses adhérents sont clairement victimes de tous ses petits arrangements avec la bienséance et les usages du monde du travail.

En effet, il y a de très nombreuses questions qui se posent concernant la gestion des nominations, des primes ou des salaires au sein de la CIPAV et cela ne concerne pas que le poste de directeur.

Pour exemple, notre collectif s'étonne que Philippe Castans, président du Conseil d'administration de la CIPAV, puisse  disposer d'un(e) conseiller(e) à son service alors que ce n'est pas prévu par les statuts de la CIPAV et qu'il dispose déjà d'un secrétariat et de plusieurs collaborateurs dédiés.

Concernant les fonctions de cette personne et son salaire, elle est présentée comme "conseiller(e) du président alors que personne ne sait ce qu'elle fait exactement", dixit plusieurs administrateurs. Ce qui est certain, c'est que notre collectif n'a jamais pris en compte la mention ou le nom de ce(ette) conseiller(e) sur le moindre document CIPAV.

Pour finir, nous rappelons que le directeur de la Sécurité Sociale en personne a dénoncé dans un courrier officiel le fait qu'Olivier Selmati ancien directeur CIPAV s'était octroyé une augmentation significative de sa rémunération dans un avenant à son contrat de travail signé par lui-même, sans que cela n'alerte personne.

Pire le noyau dur des dirigeants de la CIPAV a maintenu Olivier Selmati dans ses fonctions alors qu'il connaissait ses turpitudes, jusqu'à la mise sous tutelle de la caisse.

Face à cette situation d'un autre âge, notre collectif déclare publiquement qu'il n'accorde aucune légitimité au nouveau directeur de la CIPAV et que cela soit la justice qui mette la CIPAV sous tutelle pour éviter les conflits d'intérêts avec les services de l'état et notamment le ministère de la Santé.

Chacun comprendra avec la nomination fallacieuse de François Clouet, qu'il n'y a pas d'autres choix pour mettre fin à ce micmac sans fin.

Les adhérents de la CIPAV ont le droit à la justice et un service de qualité, c'est une évidence et rien n'arrêtera la vérité de voir le jour.

Yann Franquet, président du collectif CIPAV INFO

 

 

 

 

 

CIPAV Lacipav Francois Clouet

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire