L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

☁ Hausse de 50% des cotisations: Réponse d'une cotisante au Président de la CIPAV

 Cipavinfo0194M. Le Président
 
Quel dommage que vous ayiez attendu ce jour pour défendre les intérêts des adhérents de la Cipav et vous inquiéter de devenir de nos retraites. !
 
C'est un peu tard pour vous préoccuper de cela maintenant qu'il a été décidé que 80 pourcent d'entre nous vont (enfin !...) être libérés du joug de la Cipav.
 
Comme probablement des centaines de milliers d'indépendants cotisant à la Cipav, ‎ j'aurais aimé pouvoir partager votre combat pour conserver les spécificité d'une caisse de retraite qui défende les intérêts des independants...
 

 
Mais je le reconnais...J'ai beau cherché, je ne trouve aucune raison qui justifierait que je m'engage à vos côtés dans ce bras de fer que vous comptez engager contre le gouvernement.
 
J'aurais aimé pouvoir défendre la spécificité de la Cipav.... Encore eût-il fallu que cette caisse que vous présidez se montre digne de confiance et de respect.
 
J'aurais aimé pouvoir compter sur le sérieux de la Cipav en toutes occasions.
 
J'aurais aimé recevoir des réponses à mes courriers. 
 
J'aurais aimé comprendre les modes de calcul de mes cotisations et des régularisations qui m'ont été réclamées.
 
J'aurais aimé que la Cipav soit soucieuse du respect des ses engagements - par exemple comme très récemment ou vos services m'annoncent que mon compte présentant un excédent, une somme de 2 100 euros est versée "ce jour"... somme qui n'est toujours pas sur mon compte bancaire 10 jours après.
 
J'aurais  aimé trouver des informations à jour sur mon "espace adherent".
 
J'aurais aimé que l'on me propose des échéanciers de paiement, comme le RSI ou l'Urssaf le font quand j'ai eu des difficultés à honorer mes échéances, au lieu de confier le recouvrement de ces dettes à une étude d'huissier.  
 
J'aurais aimé pouvoir me sentir soutenue quand j'ai été malade, ma maladie ayant entraîné une inaptitude physique justifiant une classement RQTH. Ça n'a pas été le cas, Loin s'en faut !
 
J'aurais enfin aimé ne jamais rencontrer de femmes devenue veuves à qui vous avez refusé la rente décès à laquelle elles pensaient avoir droit, sous des prétextes fallacieux et que vous avez laissées sans ressources alors que leurs maris ont cotisé toute leur vie professionnelle auprès de votre caisse.
 
En résumé, j'aurais aimé pouvoir me dire que l'argent de mes cotisations ‎était correctement géré et utilisé et être fière de "ma" caisse de retraite.
 
J'aurais aimé avoir le sentiment que je cotisais à une caisse ayant à coeur de défendre mes intérêts et ceux de mes consoeurs et confrères independants.. et non les intérêts de quelques responsables et cadres..
 
Or c'est tout le contraire que j'ai eu le regret de constater depuis que je suis devenue adhérente à la Cipav il y a 10 ans.
 
Malgré les "scandales", malgré les remarques de la Cour des comptes, malgré les courriers de vos adhérents ; vous avez persévéré dans vos efforts de mauvaise organisation, de mauvaise gestion et souvent de mauvaise foi.
 
Vous nous annoncez, d'ailleurs que nos cotisations vont augmenter de 50 pourcent (rien que cela !). Vous agitez ‎le drapeau rouge pour créer un vent de panique chez vos adhérents... tout en expliquant dans ce même communiqué de presse que les détails de ce basculement de la majorité des adhérents cipav vers le régime général ne sont pas fixés.
 
Je ne sais pas plus que vous à "quelle sauce nous allons être mangés", en effet, suite à notre basculement vers le régime general... Mais je vous avoue pousser un gros ouf de soulagement à la seule idée de bientôt ne plus être en contact avec vos services dont l'incompetence s'est révélée toujours plus puissante, jour après jour.
 
Vivre pire que le cauchemar que nous vivons avec la Cipav, c est simplement impossible. Alors non... je ne trouve aucune raison de défendre une caisse qui m'a prise pour une imbécile depuis 10 ans.
 
Cordialement

CIPAV Lacipav

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire