L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Message de Yann Franquet, Président de CIPAV INFO

Chers amis et sympathisants,

Quelques lignes amicales pour vous faire part du compte rendu d’activité de notre association de défense des victimes de la CIPAV.

L’année 2020 marque un tournant dans notre lutte collective car la CIPAV a été enfin mise sous tutelle et son directeur a été licencié après six ans de violence, de mensonges et d’incompétence.

En outre, la plainte déposée par notre collectif et plusieurs adhérents pour délit de concussion, faux en écriture et usage de faux au sein de la CIPAV a été prise en compte par la justice et une suite sera donnée à ses infractions.

Cipavinfo0226  Concernant le fonctionnement de la CIPAV force est de constater que la dénonciation systématique des infractions de la Caisse par notre collectif oblige le gouvernement actuel à mettre fin aux privilèges fallacieux de la CIPAV et de ses dirigeants coupables.

En effet, après avoir mis en place le basculement des adhérents auto-entrepreneurs de la CIPAV vers la Sécurité Sociale des Indépendants, pris en compte la minoration illégale des points retraite des adhérents de la Caisse, réduit le nombre des professions assujetties aux cotisations obligatoire de 400 à seulement 20, il est à noter qu’Olivier Dussopt, Ministre en charge des comptes publics vient maintenant de décider  que le recouvrement de la CIPAV sera pris en charge par l’Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale à partir de 2023.

Concernant l’abandon du recouvrement, il est à noter que l’utilisation de l’ACOSS va logiquement permettre la rupture de la convention sommaire, exclusive et ancienne, établie entre la CIPAV et le tristement célèbre cabinet NOCQUET FLUTRE SALOMON MARCIREAU, que tous les adhérents connaissent.

En bref, face aux infractions de la CIPAV, le gouvernement français préfère employer des moyens politiciens pour mettre fin aux dérives de la CIPAV et de ses dirigeants.

Ce qui est certain, c’est qu’en retirant de plus en plus de pouvoir et de privilèges à la CIPAV, le gouvernement met lentement fin au règne de ses dirigeants ploutocrates.

La CIPAV va devenir à très court terme une coquille vide, peuplée de salariés en burnout et des dirigeants fantômes qui fuient leurs responsabilités depuis la création de notre collectif et la publication du premier rapport de la Cour des Comptes.

C’est une variante des trois singes ; ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre et tirer la chasse d’eau sur le merdier pour diluer les responsabilités.

D’une manière plus générale, force est de constater que les puissants et les délinquants en col blanc bénéficient d’une indulgence, de moyens financiers, qui ne sont pas accordé, et heureusement, aux autres coupables d’infractions.

Alors certes, c’est injuste et immoral toutefois il faut prendre en compte que la Cour des comptes, la Cour budgétaire, le défenseur des droits, l’IGASS et des dizaines de tribunaux dont la Cour de Cassation, ont condamné les agissements de la CIPAV.

Des sanctions légères mais pas d’impunités pour les délits constatés.

Pour changer les choses en profondeur, durcir les sanctions pénales à l’encontre de ses crimes, il est nécessaire que les adhérents fassent valoir leurs droits légitimes et qu’ils soient les arbitres impartiaux du fonctionnement de la CIPAV. Il n’y a malheureusement pas d’autres choix.

Il faut comprendre que c’est à l’adhérent citoyen de faire l’effort de s’investir dans la surveillance du bon fonctionnement de notre caisse de retraite.

Les dérives de la CIPAV ont malheureusement perduré depuis plus de trente ans car la plupart des adhérents payent sans rien dire et qu’il paraît inconcevable qu’une caisse de retraite obligatoire puisse nuire à vos intérêts personnels ou collectifs.

Si chaque adhérent prenait le temps de se renseigner sur le fonctionnement de la Caisse et de voter pour lors des élections internes, il serait impossible que les dirigeants passés ou actuels puissent rester en place.

Concernant la vie de notre association et notre combat collectif, nous avons le plaisir de vous informer que notre site internet fonctionne parfaitement, plus de cent mille visiteurs par an et que nous venons en aide à des milliers d’adhérents victimes.

Cette année notre association a dépensé seulement 600 euros en frais de fonctionnement (bureautique et déplacement), du fait qu’il nous faut faire des économies afin de pouvoir payer les frais de procédure concernant la plainte pour délit de concussion, faux en écriture et usage de faux.

Notre collectif va devoir dépenser plusieurs milliers d’euros (frais d’huissier, frais de justice, cautions légales, ...) avant de pouvoir faire condamner les coupables.

Par conséquent, nous rappelons à tous nos sympathisants et adhérents de nous faire un don ou de renouveler leur cotisation afin de nous aider à défendre les intérêts des victimes de la CIPAV.

Pour nous aider à mettre fin au scandale de la CIPAV ou devenir bénévole quelques heures par semaine, cliquez sur le lien : http://www.cipav.info/pages/soutenir-cipav-info.html

Les objectifs prioritaires de notre collectif pour l’année 2020 sont de poursuivre en justice les dirigeants de la CIPAV et d’arriver à faire élire suffisamment d’administrateurs sincères et honnêtes pour mettre fin au scandale de la CIPAV.

Comme d’habitude nous viendrons en aide aux victimes de la CIPAV tout au long de l’année et nous porterons des efforts supplémentaires sur les adhérents qui sont victimes des fausses promesses des dirigeants de la CIPAV concernant les aides liés au Corona Virus.

Concernant le bureau de notre association et l’aide aux victimes, un grand merci à Laurent, Jean Louis, Fred, Jean Pierre, Rakel, Michel, Antoine, Philippe, Caroline et Pascal qui se démènent sans compter.

Yann Franquet, président de CIPAV INFO

 

CIPAV Lacipav Elections internes

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire