L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Nouvelle proposition de réunion concernant les problèmes de la CIPAV

K8477675Il est grand temps que les responsables de la CIPAV et les autorités de tutelle se mettent autour d’une table avec les représentants de notre association pour entreprendre cet examen sérieux de la situation que réclamait M. le Premier ministre.

A l'attention du Directeur et des administrateurs de la CIPAV

Copie à : Premier ministre, Ministre de la Santé, Président de la Cour des Comptes, Défenseur des droits, Médiateur de la République, Directeur de la MNC, Directeur de l’IGAS, Directeur de la sécurité sociale.

Objet : Proposition de réunion concernant les problèmes de la CIPAV.

Mesdames, Messieurs,

 

L’association CIPAV-Info a été créée en 2013 sur l’initiative d’affiliés à la CIPAV qui ne parvenaient ni à se faire entendre, ni à faire établir leurs droits par la caisse.
Depuis, ils ont été rejoints par de nombreux autres adhérents et notre collectif compte à ce jour plus de quatre mille cinq cent sympathisants
 
En 2014, un rapport de la Cour des Comptes confirmait les dires et les expériences des affiliés. Depuis de nombreux articles de presse ou de témoignages ont mis en exergue les dysfonctionnements de la CIPAV.

Malgré certains changements à la tête de la caisse, les adhérents ne constatent aucune amélioration. Ils ont, au contraire, le sentiment que l’argent de leurs cotisations est dépensé libéralement pour des actions fort éloignées de leurs intérêts.

Il est même certain que le nombre des affiliés lésés et en souffrance ne cessent d’augmenter.

L’association CIPAV-INFO a ouvert une permanence téléphonique pour les écouter et les aider et peut donc témoigner de la détresse et du désarroi grandissant parmi les assurés. Elle recueille également sur son site Internet des témoignages que chacun peut consulter (<www.cipav.info>).

Les administrateurs et les employés de la CIPAV de bonne volonté peuvent donc se rendre compte par eux-mêmes des effets des dysfonctionnements profonds de la CIPAV.

Saisi par le président de CIPAV-Info, le Premier ministre a enjoint à Mme Touraine, ministre des Affaires Sociales et à M. Selmati, directeur de la CIPAV, d’examiner les plaintes et les revendications de notre association.

Mais, en lieu et place de cet examen attentif prescrit par le Premier ministre, la CIPAV refuse le dialogue et certains dirigeants de la CIPAV ont ouverts des procédures judiciaires contre l’association et contre son président, malgré des oppositions au sein du Conseil d’administration de la CIPAV (voir compte rendu CA de janvier 2014) et sans l’accord des autres caisses du Groupe Berri (CAVOM CAVEC IRCEC) dont la CIPAV est membre.

Mme Touraine de son côté, manifestement mal informée, a noté « des évolutions notables dans la gouvernance de la CIPAV » et des « améliorations sensibles dans les services aux adhérents » (courrier Mme Touraine à Mme Espagnac, sénatrice, le 7/08/2015).

A ce jour et pour rappel des faits, le Comité d’Entreprise de la CIPAV a porté plainte contre la nomination de Monsieur Selmati, notre collectif conteste à juste titre les dernières élections internes, des administrateurs n’obtiennent pas de réponses à leurs questions et il n’y a toujours pas de mail officiel pour joindre la CIPAV.

En bref, casser le thermomètre ne fera pas baisser la fièvre !

En effet, nous recevons tous les jours des appels d’adhérents qui témoignent du contraire : cotisations indues réclamées par voie d’huissier (parfois sans mise en demeure préalable), auto-entrepreneurs qui découvrent après des années de cotisations que leur dossier retraite est vide, dossiers de liquidation de retraite qui n’aboutissent pas, et encore et toujours, impossibilité de joindre quiconque à la CIPAV par téléphone ou par mail, multiples lettres sans réponse, ou alors des réponses fantaisistes et qui se contredisent d’un courrier à l’autre.

Comme disent les adhérents : « c’est du grand n’importe quoi ! », mais la plupart ne parviennent pas à en rire, tant le poids psychique et économique de la situation est lourd.

Face à ce gâchis, il est grand temps que les responsables de la CIPAV et les autorités de tutelle se mettent autour d’une table avec les représentants de notre association pour entreprendre cet examen sérieux de la situation que réclamait M. le Premier ministre.

Refuser le dialogue ne fera qu’accroître le scandale de la CIPAV et le préjudice des victimes.

Dans l’attente de ce rendez-vous que nous demandons au plus tard dans le courant du mois de novembre prochain, veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées

Pour l'ensemble du bureau de CIPAV INFO, le Président.

Réunion CIPAV

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire