L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► STOP au génocide administratif de la CIPAV, témoignage d'un administrateur.

Cipavinfo0155 2Dans le cadre du génocide administratif de la CIPAV, il faut comprendre que son noyau dur de dirigeants est l'architecte, le maître d'oeuvre, de sa gestion désordonnée, du service déplorable aux adhérents et de nombreuses infractions pénales.

Ce noyau dur, messieurs Castans (président) et Selmati (directeur) en tête, n'hésite pas à utiliser des techniques dilatoires, la médisance, la violence morale, physique ou verbal pour tenter de museler leurs contradicteurs (adhérents, administrateurs, salariés, syndicalistes, locataires) et la parole des victimes. Il est aussi notoire que les dirigeants de la CIPAV refusent de respecter des décisions de justice ou de prendre en compte l'avis du directeur de la Sécurité sociale, de la Cour des comptes ou des Ministéres de tutelle.

Il est toutefois souvent difficile de mettre des mots sur la souffrance des victimes du génocide administratif de la CIPAV et la responsabilité de ses dirigeants. 

C'est pour cette raison que notre collectif a le plaisir de publier le témoignage de Monsieur Jean Louis Bernard, administrateur CIPAV.

En quelques lignes et en réponse au mépris de Monsieur Castan, président du Conseil D'administration, il apporte un éclairage sincére sur la gouvernance fallacieuse de la CIPAV et sa mise sous tutelle.

 

 

 

Cipavinfo0155 2Cher M. Castans,

Au cours de la visioconférence organisée par M. Rey hier (actuel administrateur provisoire), vous vous êtes permis cette remarque stupide demandant à ce qu'on retire mon image qui "apparaissait en gros sur votre écran". Quelques minutes plus tard, vous avez agressé Joanne Salomon (administratrice CIPAV), qui contestait une de vos interprétations. J'ai d’ailleurs dû intervenir pour vous inviter au calme en vous demandant "d'évacuer la violence de vos propos au CA" comme l'avait demandé M. Rey, quelques minutes plus tôt en parlant du nouveau management qu'il souhaitait pour la cipav. Vous m'avez d'ailleurs accordé votre satisfecit par un "oui, t'as raison" m'accablant d'un tutoiement dont vous pensiez sans doute qu'il devait compenser ma demande d'élimination de votre écran quelques minutes plus tôt.

Fort de ces deux incidents, permettez-moi donc de vous écrire ce qui suit.

N'en déplaise à M. Vincent (administrateur CIPAV), notre philosophe montagnard, qui se décerne la médaille d'or du plus grand nombre d'années d'administrateur, je termine cette année ma dix-huitième année d'administrateur de la cipav. Entre 1990 et 2002 comme cotisant et depuis 2014 comme prestataire. C’est dire l’intérêt que je porte à notre caisse.

En 2014 je me suis présenté, avec mon suppléant Patrick Martineau, avec la profession de foi suivante : "nous sommes attachés aux recommandations du rapport 2014 de la Cour des Comptes concernant les dysfonctionnements importants de la cipav. Nous connaissons les dérives de la cipav et nous avons le temps juste et nécessaire pour apporter notre expérience à la réorganisation d'une cipav mieux structurée et prioritairement au service de tous ses adhérents." Si je dois me représenter en 2020 je pourrai la reprendre telle quelle en remplaçant "rapport 2014 de la Cour des Comptes" par "rapport 2020 de l'IGAS" et en ajoutant à la fin après "adhérents" "et garantissant la sérénité de ses salariés."

Vous et les vôtres, représentants patentés de l'ordre des architectes, avez réussi le tour de force d'avoir eu deux rapports négatifs de la Cour des Comptes et un rapport de l'IGAS suspendant notre CA en six ans. Encore bravo, pour cette performance. Vous vous vantez de disposer de 19 votes pour approuver vos décisions sur 26 votants. Vous oubliez un peu vite, qu'en 2014 un architecte avec sa voix élisait six administrateurs (collége électif 1) et un retraité n'élisait que moi (collége électif 4 ) ...

Honte à vous qui avez encouragé trop longtemps un climat délétère envers ceux, administrateurs comme salariés, qui refusaient vos diktats, vos outrances verbales, vos menaces et vos manipulations des statuts, notamment pour assurer depuis l'origine de la cipav, la majorité aux administrateurs désignés ailleurs. Honte à vous.

M. Monteil (administrateur CIPAV) nous déclare : « l’image de la cipav est bonne et elle est très bien gérée ». M. Monteil ne doit pas avoir beaucoup de contact avec les salariés, les adhérents et avec les organismes extérieurs à la cipav. Il nous dit aussi qu’il « aime beaucoup le directeur ». Il n’a pas dû bien lire les rapports de l’IGAS et de Technologia… Disons le tout net, je n’aime pas du tout le directeur, pas du tout. Vraiment. J’ai des raisons objectives de le détester et les administrateurs honnêtes qui ont participé aux CA de 2015 et 2016 s’en souviendront sans doute. Quant aux autres, honte à eux.

M. Rey nous a informés qu’il mettrait « fin de façon honorable aux fonctions de M. Selmati ». Comme j’aurais aimé que M. Selmati fît de même avec certains cadres et salariés de la cipav... M. Rey souhaite regarder l’avenir et oublier le passé. Je ne peux pas oublier l’histoire. Même Jupiter s’y est cassé les dents..

Je termine.

Merci aux pouvoirs publics qui en 2020, comme en 2014 et 2017 ont su dénoncer les dysfonctionnements internes et agir pour tenter d'améliorer la situation de la cipav. Puissent-ils être mieux inspirés aujourd’hui qu’en 2014, pour recruter demain un nouveau directeur qui ne se prenne pas pour un imperator... Je ne me fais aucune illusion sur ce qui se passera après le 1 er janvier 2021. Ceux qui ont voté à la majorité qualifiée les nouvelles conditions d'éligibilité des administrateurs selon les anciens statuts auront de nouveau la majorité. Je les entends, et je les lis, ruminant déjà leur vengeance et fourbissant leurs armes pour étouffer demain ceux qui auront l'outrecuidance de contester leurs décisions.

Merci à la justice qui m'a rétabli dans mes fonctions d'administrateur en 2016 après en avoir été scandaleusement éjecté par une décision inique et foncièrement malhonnête du directeur et de vous-même. Il ne faut pas désespérer des pouvoirs publics et de la Justice de ce pays !

Cher M. Castans (président du conseil d'administration), je vous ai écrit des dizaines de courriels de 2014 à 2016 auxquels vous n’avez jamais répondu. Je me suis lassé. Il n’est donc pas nécessaire de me répondre car je ne lirai pas votre réponse. Et permettez-moi de vous offrir cette phrase de Châteaubriand que je fais mienne :« il ne faut dépenser son mépris qu’avec parcimonie tant est grand le nombre des nécessiteux ».

Je reste à la disposition de celles et ceux qui voudront travailler à l'amélioration humaine, administrative et financière de la cipav, comme je le fais depuis toujours. Sans illusion mais avec détermination.

 

"L’avenir s’écrit hier."

 

Jean-Louis BERNARD

CIPAV Lacipav

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire