L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

► Les cotisations invalidité décés de la CIPAV sont discriminatoires

Cipavinfo0197Dans le scandale de la CIPAV et ses multiples infractions pénales, il y a le problème récurent des discriminations cruelles et totalement injustes de la cotisation "invalidité décés".

En bref, si vous êtes adhérents de la CIPAV et que vous subissez un handicap inférieur à 66% ou que vous mourez, célibataire sans enfant, la "cotisation invalidité décés" ne  sert strictement à rien d'autre qu'à enrichir la CIPAV.

Bien que parfaitement au courant de la situation, les dirigeants passés et actuels de la CIPAV ne font rien pour remédier à ce problème qui nuit gravement aux handicapés et aux proches des adhérents décédés.

Tout d'abord, il faut savoir qu'en France environ 24% de la population active est considérée comme handicapée et plus de la moitié souffre de
pluri-handicap (cumul de plusieurs handicaps); par ailleurs,environ 40% des français sont célibataires (source INSEE 2007).

Si on applique ces chiffres à la CIPAV on peut en conclure qu'environ un adhérent sur deux paye une cotisation "invalidité décés" d'un montant annuel de 76 euros pour rien, nada, le néant.

Bien évidemment si cet argent ne profite pas aux adhérents ou à leur proche, cela profite directement à la CIPAV et ses dirigeants.

Pour comprendre le préjudice que causse la cotisation "invalidité décés" aux adhérents de la CIPAV, il faut savoir qu'il y a dix sept fois plus d'handicapés à la CIPAV que n'importe quelle autre caisse de retraite, que les proches des adhérents décédés ne percevoivent pas leurs rentes dans de bonnes conditions ou des délais raisonnables, que les proches des adhérents célibataires (parent, frère, neveu,...) ne perçoivent absolument rien.

Concernant le problème des handicapés il faut comprendre qu'il faut disposer d'une invalidité supérieur à 66% pour que la CIPAV verse une pension dérisoire à l'adhérent victime.

Pour exemple, si vous vous brisez le dos ou que vous vous faites arracher un bras cela ne suffira pas à obtenir une rente.

Je sais de quoi je parle car je suis adhérent de la CIPAV et travailleur handicapé.

Concernant le problème des proches d'adhérents décédés, je vous invite à lire l'article "Même les morts sont victimes du scandale de la CIPAV" et les nombreux témoignages que nous publions à ce sujet pour comprendre l'importance du phénomène décrit.

Conconcernant les adhérents de la CIPAV célibataires et sans enfant, il est à noter que les articles 4.11 à 4.22 des statuts de la CIPAV ne font que fixer des conditions déplorables pour ne pas payer ou à moindre frais ce qui est dû.

Vous trouverez ci joint un exemple concret du refus de la CIPAV.

Alors que la lettre "P" du sigle CIPAV est l'initial du mot Prévoyance, force est de constater que le service associé aux paiements des cotisations invalidité décés (environ 40 millions d'euros par an) est défaillant et profite plus à la CIPAV qu'aux adhérents qui en ont besoin.

Cet état de fait est une véritable honte pour les dirigeants passés et actuels de la CIPAV et notre collectif dénoncera sans cesse les faits jusqu'à temps qu'une solution juste et pérenne soit trouvée.

Problême de Retraite Problême de Cotisations CIPAV Lacipav

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire