L'Union fait la force face aux agissements de la CIPAV.

☁ Témoignages des victimes

Permettre à la vérité de voir le jour et à la justice de faire son travail.

Cette rubrique a pour objectif de permettre aux adhérents de la CIPAV de s'exprimer librement et sans contrainte sur les problèmes de la CIPAV.

Chaque témoignage publié dans cette rubrique a été vérifié par Cipav.info.

L'idée n'est pas d'accabler la CIPAV mais de prouver la réalité et la gravité des faits.

> Important : Si vous êtes salarié ou administrateur de la CIPAV et que vous souhaitez témoigner, Cipav.info peut vous garantir l'anonymat et son soutien actif. Merci de votre aide 06 03 75 71 25.

 

Les membres du site peuvent ajouter directement leurs témoignages en commentaire.


Derniers Témoignages publiés:


  • Fraude de la double comptabilité informatique : la CIPAV est muette et l'URSSAF s’empêtre dans ses explications !

    Cipavinfo0161 2

    Nous avons dénoncé dans deux articles le fait que la CIPAV et l’URSSAF ne respectent pas les dispositions de l’article D122-9 du code de la sécurité sociale qui l’obligent à mettre en place un dispositif empêchant les fraudes et les erreurs dans la gestion informatique des relances, des majorations de retard, des mises en demeure et des relevés de situation comptable.

    Comme à son habitude la CIPAV pratique l'omerta à ce sujet et nous attendons le prochain conseil d'administration pour en savoir plus car maintenant que les choses sont claires, les dirigeants de notre caisse, ceux de l'URSSAF et la tutelle de l'état devraient logiquement stopper le transfert des cotisations de la CIPAV vers l'URSSAF.

    Concernant l'URSSAF et comme cela concerne toutes les entreprises de France, notre collectif souhaite expliquer en détail ce qu'il se passe.

    Lire la suite

  • Pourquoi la CIPAV et les URSSAF sont-elles au-dessus des lois ?

    Cipavinfo0065

    La CIPAV et les URSSAF ont en commun de ne pas respecter l’article D122-9 du code de la sécurité sociale qui prévoit que les traitements informatiques ne peuvent être utilisés que s’ils comportent des dispositifs pour éviter les fraudes et les erreurs.

    Cet article du code de la sécurité sociale (https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006735200?init=true&page=1&query=Article+D122-9+-+Code+de+la+s%C3%A9curit%C3%A9+sociale&searchField=ALL&tab_selection=code) est en effet très clair :

    « Dès lors que l'organisme fait appel à des procédures informatisées, l'agent comptable doit veiller à la mise en œuvre d'un dispositif de contrôle permettant de prévenir les fraudes et les erreurs, compte tenu de spécificités propres à chaque organisme. »

    Lire la suite

  • ATTENTION ! DANGER ! Transfert du recouvrement des cotisations CIPAV à l’URSSAF le 1 er janvier 2023

    Cipavinfo0116

    Nous avons régulièrement dénoncé sur ce site un certain nombre de pratiques abusives de la CIPAV dans le recouvrement des cotisations :

    - majorations de retard abusives (pour zéro euro de retard de paiement ou même majorations « de retard » réclamées avant la date d’échéance des cotisations correspondantes !),

    - refus pendant de longs mois d’appliquer la régularisation des cotisations de retraite complémentaire conformément à la jurisprudence de la cour de cassation (cf. http://www.cipav.info/actualites/faire-condamner-la-cipav-pour-sa-gestion-illegale-de-vos-cotisations-retraite-complementaire.html),

    - les huissiers trouvent la bonne adresse du cotisant alors que ce dernier n’avait jamais reçu de courriers antérieurs de la CIPAV parce que celle-ci n’avait pas pris en compte son changement d’adresse pourtant dûment signalé, …

    Il était donc tentant de rêver que tout cela allait enfin prendre fin avec le transfert du recouvrement aux URSSAF à compter du premier janvier 2023 !

    Lire la suite

  • REVIREMENT DE JURISPRUDENCE TRÈS IMPORTANT SUR LA PRISE EN COMPTE DES COTISATIONS PAYÉES EN RETARD A LA CIPAV

    Cipavinfo0002

    Les cotisations de retraite de base payées en retard doivent être prises en compte pour le calcul des droits à retraite, même si elles ont été versées plus de cinq ans après leur date

    d’exigibilité (à condition d’avoir été versées avant le départ en retraite).

     

    L’article R643-10 du code de la sécurité sociale prévoit que : « Lorsque les cotisations arriérées n'ont pas été acquittées dans le délai de cinq ans suivant la date de leur exigibilité, les périodes correspondantes ne sont pas prises en considération pour le calcul de la pension de retraite. »

    Lire la suite

  • Le mic mac des élections frauduleuses de la CIPAV continue, saison 3 épisode 4.

    Cipavinfo0201Nouveau rebondissement dans la procédure concernant la demande d'annulation des élections frauduleuses de la CIPAV car après 20 mois d'attente, un premier procès raté et une décision de la Cour de cassation en leur faveur, le TGI de Paris vient de débouter les plaignants et de les condamner à verser à la CIPAV 1200 euros au titre de l'article 700.

    Face à cette situation grotesque et contraire aux intérêts des adhérents de la CIPAV, notre collectif continuera à apporter un soutien sans faille aux plaignants afin de leur permettre de saisir une nouvelle fois la Cour de cassation et d'obtenir un jugement définitif dans cette affaire.

    Récit d'une procédure juridique qui devient de plus en plus surréaliste.

     

     

    Lire la suite

  • Le jugement des élections frauduleuses de la CIPAV sera rendu le 16 juin. Et après ?

     Cipavinfo0195

    Maître Valérie Flandreau, l'avocate mandatée par le collectif CIPAV INFO pour défendre les trois courageux lanceurs d'alerte qui demandent à juste titre l'annulation des élections frauduleuse de la CIPAV de décembre 2020, a plaidé le 24 mai dernier devant la Cour et les conseils de la CIPAV.

    Cette audience fait suite à un premier jugement "surprenant et contraire aux intérêts des adhérents de la CIPAV" rendu par le Tribunal de PARIS en date du 01 mars 2021. Heureusement ce jugement partisan a été annulé par la Cour de Cassation le 21 avril 2022 pour des raisons évidentes et notre demande d'annulation des élections frauduleuses de la CIPAV a été renvoyée devant la juridiction du tribunal de Paris pour que ce dossier soit enfin traité dans de "bonnes conditions", du moins nous l'espérons fortement. Le verdict de cette affaire sera rendu 16 juin 2022 mais dans l'immédiat la question se pose de savoir ce qu'il va se passer pour la CIPAV et sa tutelle si la justice donne raison aux adhérents de la CIPAV et notre collectif de victimes

    En effet, les dirigeants de la CIPAV sont responsables de nombreuses infractions, des élections frauduleuses de 2014, 2017, 2020 et il est notoire que les contrôle de la tutelle de l'état sont défaillants, par conséquent, il est de hors de question de prendre les mêmes ou d'utiliser des statuts identiques pour organiser de nouvelles élections.

    Lire la suite

  • Aidez nous à faire condamner la CIPAV pour délit de concussion et cotisations imaginaires.

    Cipavinfo0216

     

     

    Chers amis et adhérents,

    Quelques lignes pour vous informer que suite à notre dépôt plainte contre X en date du 16 mars 2020 pour des faits de délit de concussion et de cotisations imaginaires au sein de la CIPAV, que la justice s'intéresse enfin à ses infractions gravissimes pour lesquelles les coupables peuvent être condamnés à titre personnel et sur leurs propres deniers.

    En bref, en tant que plaignants et président de l'association CIPAV INFO, nous sommes convoqués par le juge d'instruction en charge de l'affaire le jeudi 12 mai, pour venir dénoncer les infractions citées, nous avons donc besoin de tous vos témoignages.

     

    Lire la suite

  • La justice condamne une nouvelle fois les dirigeants de la MAFIA CIPAV.

    Malgré la complaisance de la tutelle de l'Etat, les errements du tribunal de grande instance de Paris et plus particulièrement les agissements fallacieux d'un groupe d'intérêt occulte qui cause préjudice aux adhérents de notre Caisse de retraite, la Cour de Cassation vient de rappeler aux dirigeants actuels de la CIPAV, Monsieur François Clouet, directeur, et Madame Marie Laure Schneider, présidente du conseil d'administration;  que nul n'est au-dessus de la loi, pas même l'univers, et que les élections frauduleuses de la CIPAV vont devoir être jugé dans de bonnes conditions devant le tribunal de grande instance de Paris.

    Lire la suite

  • Lettre au Président de la République concernant le scandale de la CIPAV.

    Monsieur le Président Macron,

    Notre collectif se permet de vous interpeller une nouvelle fois au nom des adhérents victimes de la CIPAV, caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse, dont vous êtes le garant en tant que chef de gouvernement.

    Notre démarche est parfaitement légitime car notre collectif vient en aide aux milliers d'adhérents victimes de la CIPAV et que notre site internet comptabilise à ce jour plus de six cent vingt mille visiteurs.

    Par ailleurs, vous constaterez à l'analyse des faits, que l'accumulation des témoignages et des décisions de justice à l'encontre de la CIPAV est récurrente et abyssale.

    Pourtant malgré ses faits incontestables et de très nombreuses saisines auprès des dirigeants de la CIPAV, de sa tutelle, de la justice ou du Ministère de la Santé force est de constater que la majorité des infractions pénales ou dérives de la CIPAV sont toujours d'actualité (nominations litigieuses, non-respect de la commande publique, usurpation de fonctions, élections frauduleuses, délit de concussion, faux en écriture, usage de faux, escroqueries, violence et autres ).

    Lire la suite

  • Plainte contre X pour escroquerie concernant le système informatique de la CIPAV.

    Cipavinfo0172Depuis sa création notre collectif d’adhérents victimes déplore que le système informatique de la CIPAV soit responsable d'infractions graves et nous recueillons chaque jour des témoignages concernant l'utilisation fallacieuse qui en est faite par les dirigeants successifs de la Caisse.

    Pour donner suite à la publication de la vidéo d'un adhérent de la CIPAV et sur la base de très nombreux témoignages ou jugements, notre collectif d’adhérents -victimes a déposé plainte contre X pour des faits d'escroquerie concernant les usages fallacieux du " système informatique de la CIPAV"

    Lire la suite

  • Faire condamner la CIPAV pour sa gestion illégale de vos cotisations retraite complémentaire

    Juge marteau cipav 2018

    LES COTISATIONS DE RETRAITE COMPLEMENTAIRE DOIVENT SE CALCULER SUR L’ANNEE N CONTRAIREMENT A CE QUE FONT OU PEUVENT DIRE  LES DIRIGEANTS DE  LA CIPAV.

    Cotisants-Adhérents : Vos revenus sont moins élevés que l’année dernière ? Ne payez pas les mises en demeure et engagez des contentieux pour obliger la CIPAV à respecter la loi et à vous verser des dommages et intérets!

    Les dirigeants salariés de la CIPAV et son directeur François Clouet sont responsables à 100% de la gestion illégale des cotisations de retraite complémentaire.

    Lire la suite

  • Les dirigeants salariés de la CIPAV sont responsables de la gestion illégale de la retraite complémentaire.

    Cipavinfo0059

     

       Information importante sur les cotisations à la retraite complémentaire de la CIPAV.

    Beaucoup d’entre vous se plaignent que la CIPAV leur réclame une cotisation à la retraite complémentaire calculée d’après le revenu de l’année N-1, par exemple une cotisation en 2019 calculée d’après le revenu déclaré pour 2018.

    Ils souhaiteraient que cette cotisation soit régularisée d’après l’année N une fois que le revenu de l’année N est connu. Autrement dit, ils souhaiteraient par exemple que la cotisation de
    retraite complémentaire pour 2019 soit régularisée (comme celle du régime de base) d’après le revenu de 2019 une fois que ce revenu a été déclaré.

    Le collectif CIPAV INFO apporte les preuves qu'ILS ONT RAISON !!!

    Lire la suite

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 février 2016

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • WilcoConsulting
    • 1. WilcoConsulting Le lundi, 20 juin 2022
    Je souhaite informer sur ce que je suis en train de vivre et qui est en train de devenir un calvaire !

    En 2017 je deviens indépendant. L'adhésion à la Cipav se fait de façon automatique. Un premier appel est émis, je règle le montant.

    En 2018 un nouvel appel est émis. Bien que mes revenus 2017 soient alors connus et qu'ils militeraient pour que l'appel de ma cotisation de retraite complémentaire se fasse en tranche F, la Cipav émet cet appel en tranche A pour 1315 €. Je règle à nouveau le montant demandé.

    En octobre 2019 vient l'appel pour 2019, qui comporte la régularisation de toutes les lignes de cotisation pour 2018 (c'est indiqué comme ça dans le document). Ma rémunération 2018 y figure, et 2 régularisations sont effectivement produites au titre de 2018 (tranche 1 et 2), pour 4000 €. Mais aucune régularisation de ma ligne de retraite complémentaire n'apparaît. S'y ajoutent les cotisations appelées pour 2019 (cette fois en classe F) pour 20000 €, le total fait donc 24000 € et à nouveau je règle le montant.

    L'appel 2020 arrive : aucune information ni régularisation concernant 2018. L'appel 2021 arrive, et idem : aucune information ni régularisation concernant 2018. A chaque fois je règle la somme qui figure sur l'appel

    Et nous arrivons à mars 2022, le début de mon cauchemar : je reçois une mise en demeure de 13700 € avec comme seule info "période d'exigibilité : 2019". Je ne comprends rien, je demande des explications..

    En avril 2022 je reçois un détail complet de mes cotisations sur la période 2017 à 2021. Sur cet état, ma ligne de retraite complémentaire 2018 n'est plus à 1315 €, elle apparaît maintenant à 14400 € !!! Et j'en ai aussi pour 1500 € de "majorations de retard" sur 2019.

    Je passe 2 mois à échanger avec la Cipav afin d'essayer de comprendre pourquoi cette ligne vient de changer aussi tardivement, et à quoi correspondent ces majorations de retard qui me sont imputées alors que ce retard de plus de 3 ans a été généré de toute pièces par la CIPAV.. Sur le premier point (pourquoi n'ai-je pas été appelé des bonnes sommes en temps et en heure) je n'ai toujours pas de réponse. Et sur le second point (les majorations de retard) non plus.. C'est vraiment un dialogue de sourds.. LA Cipav répond plut$ot assez vite mais à chaque fois à côté de la question posée. Je finis même par recevoir un coup de fil (en numéro masqué) et quand j'arrive à exprimer à quel point je suis démuni en découvrant en 2022 que j'aurais du cotiser beaucoup plus qu'il ne m'a été demandé en 2018 , mon interlocutrice me répond (Cher Monsieur, nul n'est censé ignorer la loi" !

    Au final j'émets un courrier disant que je suis d'accord pour régler l'écart de cotisation (12200 €) mais pas les majorations de retard (1500 €) et... depuis ce vendredi j'ai une réponse de la Cipav qui me dit que je dois tout : les cotisations + les majorations de retard et que viennent en plus s'y ajouter des frais de recouvrement car je suis maintenant renvoyé devant leurs huissiers (qui viennent de m'expliquer que je vais bientôt recevoir une contrainte).

    Je suis dégouté : je constate que la Cipav calcule avec ses pieds, qu'elle met plus de 3 ans à revoir ses calculs (à supposer que ceux d'aujourd'hui soient correct d'ailleurs, on peut légitimement en douter). Elle est d'une rare arrogance dans la posture de recouvrement, et quand au final vous êtes prêt à lâcher prise (car il faut bien penser à autre chose au bout d'un moment, et retourner travailler afin de cotiser pour nourrir cette bande de bras cassés), ils vous mettent aux huissiers.. C'est à rire et/ou à vomir..

    Je ne sais pas si je suis le seul en ce moment, à être aussi brusquement "redressé" au titre d'un nouveau calcul de ma retraite complémentaire 2018. J'aimerais bien savoir s'il y a d'autres cas identiques, j'aimerais savoir si c'est une tendance du moment à la Cipav.

    Bien à vous,
    Pascal
  • Emilia
    • 2. Emilia Le mercredi, 12 août 2020
    Le 21 avril 2020 j’ai envoyé un courrier à la CIPAV pour les informer du décès de mon mari Dominique DESCHAMPS qui a survenu le 10 avril 2020. Je les ai aussi informé que mon mari était retraité depuis 2015 (CNAV et AGIRC-ARRCO) et qu’il n’a pas bénéficié d’aucune indemnisation de la part de CIPAV. Par la même occasion je les ai demandé de faire le nécessaire pour arrêter la procédure mise en œuvre chez ACTOJURIS – huissiers. J’ai attaché au courrier une copie de l’acte de décès ainsi qu’une attestation de payement de retraite détaillée.
    Maintenant, j’ai reçu une notification de la part des huissiers qui demande à mon époux le payement de la somme de 11567,55 euros.
    J’ai envoyé le courrier avec accusé de réception et j’attends toujours une réponse de leur part.
  • PBKN
    • 3. PBKN Le mardi, 10 mars 2020
    Un grand merci à Madame MALKA pour m'avoir entendu quelques minutes hier soir, c'est malheureux d’être oblige de se raccrocher à quelques paroles au téléphone alors qu'on a travaillé dur toute sa vie. Merci Madame.
  • PBKN
    • 4. PBKN Le mardi, 10 mars 2020
    Bonjour Mesdames, Messieurs,
    J’ai été ponctionné par l'huissier Nocquet, Flutre, Marcireau, de la somme de 5736,05€, directement sur notre compte joint à la BNP.
    Avec mon épouse nous nous sommes aperçu de ce vol en consultant notre compte bancaire sur Internet au moment de Noël dernier, simplement parce que certaines fonctionnalités n’étaient pas disponible entre autre pour faire un virement ; renseignements pris par téléphone auprès du banquier on découvre le pot aux roses : une saisie attribution est en cours.
    Sur le moment on n’obtient même pas d’autres renseignements ni de qui il s’agit, ni pourquoi, ni rien…
    Ce n’est que le lendemain dans le bureau du directeur de l’agence parce qu’il téléphone à un supérieur hiérarchique certainement, que nous prenons connaissance de l’identité du voleur et de son commanditaire à savoir la CIPAV.
    Nous apprenons également que l’intervention date du 12 décembre courant, cela fait donc déjà presque 15 jours que la saisie a eu lieu !
    À partir de ce moment je remue le ciel et la terre je téléphone j’envoie des mails partout où je peux partout où je découvre une adresse, sur Internet, dans l’annuaire, j’essaie de savoir qui est ce créancier et pourquoi je lui devrais une telle somme d’argent.
    Impossible de joindre qui que ce soit pendant toutes les fêtes de fin d’année.
    Le 16 janvier 2020 je reçois enfin une lettre simple de la banque pour m’informer officiellement de cette saisie (plus d’un mois après) mais je ne trouve comme renseignements intéressants que le nom de l’huissier, la somme qui est confirmée et un numéro de dossier qui me manquait cruellement lors de mes précédentes recherches et démarches.
    Je ne connais toujours pas la raison.
    D'ailleurs à ce propos je passerai rapidement sur le comportement du banquier très suspicieux, ne croyant absolument pas notre bonne foi quand on lui dit qu’on ne sait vraiment pas de quoi il s’agit. En revanche il sait nous dire qu’il va nous taxer de 130 € pour cette affaire !!
    Maintenant que je sais à qui j’ai affaire et avec un numéro de dossier, une référence, je repars en campagne à essayer de joindre un responsable, par téléphone par mails…
    Rien n’y fait jusqu’au 6 février quand je prétends que je vais déposer une plainte directement auprès du Procureur de la République.
    Le lendemain, le 7 février, je reçois un mail de maître Flutre avec en pièce jointe une lettre qui m’informe qu’une contrainte aurait été signifiée à une adresse à laquelle je résidais en 1991, il y a près de 30 ans !
    J'ai exercé quelques temps une activité d'éducateur sportif arrêtée en 1997, suivi de mon départ de cette région pour une ville située à plus de 850 km, jusqu’à aujourd’hui. Bien entendu j’ai procédé aux différentes radiations et régularisation avant mon départ.
    Au passage on remarquera que l’huissier a su trouver mon compte en banque actuel mais pas mon adresse ! Or elle apparaît clairement sur mon RIB et donc auprès du banquier qui comme par hasard ne peut pas donner ce renseignement, en revanche il peut lui donner tout mon argent. Est-ce que c’est moi qui hallucine ou est-ce qu'on marche sur la tête ?
    D'ailleurs à ce propos ne pourrait-il y avoir un aménagement de la loi concernant cette possibilité de saisie bancaire, mais pour lui pour le banquier , la faculté de vérifier que l’huissier a bien fait son travail avant de le laisser saisir un compte en banque, tout simplement de s’assurer que son client dont il doit protéger les biens, est bien informé de l’existence d’une dette ??? Puisque le banquier a forcément une adresse fiable.
    Dans mon cas non seulement la dette n’existe pas aux dires de l’avocat mais en plus c’est à moi de me débattre, de prouver, de démarcher, décrire, de téléphoner, l'ENFER.
    Je n’ai pas l’intention de rester les deux pieds dans le même sabot et puisqu’on n’a pas le droit de se faire justice soi-même, c’est décidé je dépose une plainte auprès du Procureur de la République avec constitution de partie civile, advienne que pourra je n’ai plus rien à perdre ils m’ont pris mes économies.
    NB : Il y a quelques jours, le 02 mars 2020 à 17.40 h j’ai RÉUSSI à parler à quelqu’un (une dame) au 01.44.95.68.20 un des numéros de la CIPAV.
    J’ai donné mon numéro de sécurité sociale et raconté mon histoire à cette DAME qui, devant son ordinateur, m’a affirmé que cette démarche à mon encontre était une erreur, (c’est elle qui m’a rappelé la date de ma radiation) , elle m’a promis de faire le nécessaire en informant le service contentieux pour qu’il arrête la procédure, que l’huissier procède à la main levée…..le temps passe et rien ne bouge, c’est intolérable.
    C’est curieux comment les choses vont très vite dans un sens et jamais dans l’autre. Il faut cinq minutes à l’huissier pour saisir le compte, et des semaines pour le débloquer.
    Je n’en peux plus.
  • lauu
    • 5. lauu Le lundi, 28 octobre 2019
    Bonjour,
    Comme beaucoup d'entre vous j'ai des soucis avec la CIPAV...
    Il a quelques années j'étais en profession libérales et je cotisais donc chaque années , mais en 2016 je me suis radié pour changement d'orientation professionnel. A ce jour une guerre avec la CIPAV a commencé il me réclame de payé des cotisations pour l'année 2017, mais étant radié et employé dans une autre branche je ne comprend d'ou il trouve cette sommes que je devrais leur versé, après plusieurs appels je n'ai toujours pas plus d'explications.. j'ai déjà envoyer plusieurs recommandé cela sans réponse et aujourd’hui je reçois un courrier d'un huissier de justice. Je ne sais pas trop ce que je doit faire, est ce que vraiment je leur doit cette argent ?
    Merci pour votre aide
  • ben5
    • 6. ben5 Le mercredi, 14 mars 2018
    Bonsoir

    il y a deux mois je recois un courrier d huissier me demandant 3500€ de cotisation de 2010 et 2011 pour un organisme se nommant CIPAV organsime que je n ai jamais connu j ai bien ete gerant non salarié de mon sarl a l epoque mais je n ai jamais etait en profession libérale je renvoi un mail a cet huissier lui expliquant qu il s agit surment d une erreur et de verifier aupres de ce fameux organisme qui me reclame de l argent indu
    1 mois apres ce mail je recois un courrier d huissier a nouveau qui m explque le detail des sommes que je dois et qu il n y pas d erreur a savoir 2500€ cotisation 740€ DE penalité de retard et des frais d huissier venant se greffer. JE laisse passer je suis sure de moi a 2000% qu il s agit d une erreur....hier je recois un courrier d huissier me disant qu il a effectué une saisie attribution le 8 mars sur mon compte bancaire et que j ai 48h pour lui effectuer un paiement de 3674€ sinon il reprend les poursuite de la j ai envie de lui dire reprendre des poursuite a bon ? MAIS A QUELLE MOMENT ON M A SIGNIFIE QUE J ETAIS POURSUIVI ? aujourdhui j ai recu un courrier de ma banque pour me signaler la saisie attribution de 4049€ qui n a pus etre prise car pas l argent .... mais j ecope d un frais de saisie de la banque de 130€ .... je ne dois pas cet argent car je n ai pas rentré un seul euro de revenu declaration d impot a l appuie j ai fermé la societe en 2011 je n ai jamais signé le moindre papier pour m engager avec la cipav ... je suis actuellement sans emploi en situation precaire j ai aucun moyen de me defendre je vais surement perdre mon appart car s ils viennent tout les mois me bloquer mon compte ils passeront bien un moment ou je toucherai mes droit assedic et de la se serviront et m empecheront de payer mes facture alors une question me taraude comment faire dans cette situation quand on est sure que l on doit rien ? que faut il faire accepter et sombrer se retrouver a la rue brauqer une banque ? voler une vieille au coin de la rue ? suis je dans une republique bananiere ? ou suis je juste une victime d un systeme mafieux bien que la mafia te demande pas ce que tu dois pas ....
  • ben5
    • 7. ben5 Le mercredi, 14 mars 2018
    Bonsoir

    il y a deux mois je recois un courrier d huissier me demandant 3500€ de cotisation de 2010 et 2011 pour un organisme se nommant CIPAV organsime que je n ai jamais connu j ai bien ete gerant non salarié de mon sarl a l epoque mais je n ai jamais etait en profession libérale je renvoi un mail a cet huissier lui expliquant qu il s agit surment d une erreur et de verifier aupres de ce fameux organisme qui me reclame de l argent indu
    1 mois apres ce mail je recois un courrier d huissier a nouveau qui m explque le detail des sommes que je dois et qu il n y pas d erreur a savoir 2500€ cotisation 740€ DE penalité de retard et des frais d huissier venant se greffer. JE laisse passer je suis sure de moi a 2000% qu il s agit d une erreur....hier je recois un courrier d huissier me disant qu il a effectué une saisie attribution le 8 mars sur mon compte bancaire et que j ai 48h pour lui effectuer un paiement de 3674€ sinon il reprend les poursuite de la j ai envie de lui dire reprendre des poursuite a bon ? MAIS A QUELLE MOMENT ON M A SIGNIFIE QUE J ETAIS POURSUIVI ? aujourdhui j ai recu un courrier de ma banque pour me signaler la saisie attribution de 4049€ qui n a pus etre prise car pas l argent .... mais j ecope d un frais de saisie de la banque de 130€ .... je ne dois pas cet argent car je n ai pas rentré un seul euro de revenu declaration d impot a l appuie j ai fermé la societe en 2011 je n ai jamais signé le moindre papier pour m engager avec la cipav ... je suis actuellement sans emploi en situation precaire j ai aucun moyen de me defendre je vais surement perdre mon appart car s ils viennent tout les mois me bloquer mon compte ils passeront bien un moment ou je toucherai mes droit assedic et de la se serviront et m empecheront de payer mes facture alors une question me taraude comment faire dans cette situation quand on est sure que l on doit rien ? que faut il faire accepter et sombrer se retrouver a la rue brauqer une banque ? voler une vieille au coin de la rue ? suis je dans une republique bananiere ? ou suis je juste une victime d un systeme mafieux bien que la mafia te demande pas ce que tu dois pas ....
  • TORNEX
    • 8. TORNEX Le vendredi, 08 décembre 2017
    Depuis 2 ans, je me fais saigner comme un goret à coups d'huissiers sans même recevoir un seul courrier de relance ou autre. Des fois, ils sont venus à une semaine d'intervalle à coups de 2500 / 3000 eur. Le dernier était avant hier pour plus de 5000 eur. Ils me réclament plus que je ne gagne !! Je n'ai plus rien sur mon compte et ne peux même plus payer mon loyer. Je n'en peux plus et ne dors plus la nuit à cause de cela tant la torture psychologique est forte.
    Si Charlie hebdo a sensibilisé l'opinion face à la barbarie, et si je me retrouve sur la paille, je veux bien me désigner pour aller à Paris faire un Cipav hebdo. S'il faut en venir à cela pour être entendu, je le ferai !!!!
  • yann_cipavinfo
    Bon courage val do et n'hésitez à rejoindre nos bénévoles pour lutter efficacement contre la CIPAV
  • Val_Do
    • 10. Val_Do Le lundi, 06 novembre 2017
    Bonjour,
    10 ans que je suis affiliée à la CIPAV et déjà 3 fois victime de leurs délires en matière d'appels à cotisation fantôme, erroné ou abusif.
    10 ans qu'à chaque courrier reçu de la CIPAV je me demande ce que je vais encore découvrir et à quelle sauce je vais être mangée.
    .
    Cette fois, ils m'ont eue. J'ai reçu une contrainte en mon absence à laquelle je n'ai pu m'opposer parce qu'à mon retour, le délai de 15 jours était dépassé. Et me voilà aujourd'hui avec une procédure de saisie sur mon compte bancaire pour une somme de plus de 5000 € sortie du chapeau de la CIPAV car, après des heures et des heures de calculs et de recalculs, elle ne correspond à rien !
    Elle ne correspond d'autant plus à rien qu'à l'époque de la contrainte (2016), je disposais d'un crédit de cotisation depuis un an (2015) que la CIPAV refusait de me rembourser (verbalement bien sûr car comme la plupart, impossible d'avoir un écrit) et qu'elle a fini par imputer en partie sur mes appels (2016) mais une fois le contentieux lancé et qu'il ne m'était plus possible de le contester ! Le contentieux porte sur mes cotisations (2015).

    Je vais donc être saisie d'une somme qu'en réalité je ne devais pas et lorsque cette somme aura été saisie, le comble du ridicule, je passerai de nouveau en situation de crédit auprès de la CIPAV car je suis à jour de mes cotisations. C'est ce qu'on appelle une histoire sans fin...

    Comment la CIPAV peut-elle encore avoir autorité de la chose jugée et qu'il ne nous soit pas donné possibilité de recours contre ses procédures abusives et erronées à postériori ? C'est scandaleux ! La CIPAV a légalement le droit de nous escroquer car à l'échelle de milliers d'adhérents par an, pour ne pas dire de centaines de milliers par an, ce n'est plus de l'erreur de gestion, c'est bel et bien de l'escroquerie organisée et cautionnée par tous ceux qui auraient le pouvoir d'agir contre la CIPAV et qui ne font rien.

    Cette fois, cela en est trop. Je n'en resterai pas là.
    Bravo à tous ceux qui se battent pour nous tous et merci de nous donner l'opportunité de nous exprimer. Ce n'est pas grand chose mais c'est déjà beaucoup lorsqu'on est victime de la CIPAV !
  • Vionel
    • 11. Vionel Le lundi, 17 juillet 2017
    Graphiste à mon compte et affiliée par obligation à la CIPAV depuis 1985, je suis à la retraite depuis le 28 février 2017. Aujourd’hui le 13 juillet 2017, malgré plusieurs appels et une lettre recommandée, je n’ai reçu aucun versement de ma pension de retraite.
    Par ailleurs sur l’année 2016, j’ai versé une cotisation calculée selon mes revenus de 2015. Or, mes revenus de 2016 ont été plus faibles et la CIPAV a donc touché un trop perçu qu’elle refuse de me rendre, sous prétexte que j’ai cessé mon activité. Pour l’avenir, ma subsistance dépendant de la CIPAV, je me trouve tout bonnement prise en otage sans réel moyen de lutter et sans revenu depuis plus de 4 mois.
  • malbare
    • 12. malbare Le lundi, 18 juillet 2016
    Bonjour, en activité depuis 2013 et fermeture de l'entreprise autoentrepreneur en 2016, mon chiffre d'affaire pour ces 2 ans et demi est largement en dessous de 5320€ ! On me réclame de payer 2500€ de cotisations !! Que faire pour être exonéré à 100% ?
    Sachant que j'ai déja fait une demande en AR mais avis défavorable!
    Merci par avance
  • VINCENNES94
    • 13. VINCENNES94 Le samedi, 09 juillet 2016
    Bonjour à tous,

    La CIPAV vient de me faire saisir par blocage sur mon compte bancaire, une somme réclamée pour une cotisation que je devrai de 2011 !
    Pour cela ils sont passés par leur huissier Amrouch, Salomon (Avec qui ils travaillent depuis 30 ans ..)

    J'avais déjà précisé que j'étais bénéficiaire de l'ACCRE et qu'au titre de ma première année d'activité j'étais exonéré à 100%. J'ai renvoyé les justificatifs en AR(ACCRE) prouvant que je n'avais rien à payer pour 2011 .. et surtout que pour cette première année je n'avais pas de CA !

    La somme a donc été bloqué sur mon compte et les frais de blocage prélevés par ma banque !

    Auriez vous une idée svp de la façon dont je devrai agir et comment me faire assister ? Merci
  • Marmath
    • 14. Marmath Le mercredi, 06 avril 2016
    Bonjour,comme beaucoup d'entre vous mon associée et moi même sommes victimes des dysfonctionnements de la CIPAV.Que dis-je dysfonctionnement je devrais peut être dire "racket organisé".
    En effet,nous avons créé en 2013 une toute petite SARL avec une de mes collègues.Nous sommes encore salariées d'une association et exerçons notre activité de SARL à titre accessoire. Nous ne nous versions pas de salaire.
    La CIPAV nous fait des calcul d'apothicaire et est incapable de nous produire les mêmes chiffres pour l'une ou pour l'autre,incroyable!!
    Bien entendu,nos divers courriers restent sans réponse,et les erreurs de calcul s'accumulent.
    Merci pour votre aide et vos conseils à Cipav.info cela nous a permis de mettre le dossier entre les mains d'un avocat car notre patience arrive à ses limtes s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire